Hi-Airbag, l’air bag connecté pour la sécurité des motards

111 ‎مشاهدات
hiairbag_212

Longtemps réservés aux professionnels des circuits, les gilets airbag débarquent sur le marché grand public avec en bonus, un système de haute technologie. Les motards peuvent désormais aspirer à une sécurité hi tech grâce au Hi-Airbag, un gilet qui se déploie de façon entièrement autonome.

Hi-Airbag : connecté et autonome

Hi-Airbag est une solution novatrice car propose aux utilisateurs un système entièrement autonome. En d’autres termes, ce gilet de protection se déploie automatiquement en cas de choc. Les développeurs de cet accessoire de sécurité ont doté le Hi-Airbag d’un microprocesseur fonctionnant à la fois comme gyroscope et accéléromètre. Dès lors que le gilet détecte et enregistre des paramètres anormaux, un choc ou une rotation excessive, le gilet se déploie de lui-même en 140 millisecondes. En tant qu’objet connecté, le gilet se doit d’être régulièrement chargé pour fonctionner. Pour ce qui est de connectiques, une prise de 220 V ou une entrée USB convient parfaitement. Notez que le gilet bénéficie d’une autonomie de 50 heures.

Hi-Airbag : quid de la sécurité

En se déployant, le Hi-Airbag se remplit de 16 litres d’air comprimé. Le gilet ainsi gonflé possède une pression de 200 millibars. En tant que gilet, la couverture du corps n’est pas totale mais l’air bag permet d’amortir considérablement les chocs. Par ailleurs, la plupart des points sensibles et vitaux comme le dos et donc la colonne vertébrale, les côtes et les hanches sont couverts et protégés. Respectant les normes CE, le Hi-Airbag est fiable en termes de qualité. En cas de chute, il faut prévoir un réarmement du gilet. Il est également conseillé de le faire réviser régulièrement. Motards et scootéristes, sachez que cet airbag se décline dans toutes les tailles. Celui-ci est par ailleurs disponible à moins de 900 euros.

En savoir plus sur l'auteur

Renaud

Hello, moi c'est Renaud, à la tête de ce blog de geeks ! Je suis un accro des gadgets, du web, du high tech, et ceci depuis que j'ai monté mon premier PC à l'âge de 8 ans.